Les attentats dans le sud du pays et la situation tendue avec les réfugiés syriens ont poussé nombre de touristes à annuler leur séjour en Turquie. Certainement à tort, mais ce climat de peur est bien là, même chez les turcs qui nous affirment qu’à l’Est, c’est la terreur. Toujours est-il, Göreme, capitale touristique de la Cappadoce, est vide, ou presque. Les restaurants sont souvent déserts, les sentiers aussi. Tant mieux pour ceux qui ont fait le déplacement.

Je voulais me reposer après 9 jours de vélo depuis Istanbul, c’est loupé. En rencontrant Romain, un français prof d’anglais de la vallée de la Maurienne en vacances dans la région, je savais qu’on allait bien s’entendre. On a le même humour un peu absurde, ça a tout de suite matché. On a sillonné les vallées de Göreme pendant toute une journée, à découvrir les maisons et églises troglodytiques, escalader des ravines, dévaler des pentes dangereusement glissantes. À jouer les Indiana Jones. On était tellement seuls qu’on pouvait se persuader d’être les premiers à explorer les vallées.

Göreme est entouré d’un ancienne plaine rigoureusement plate et un peu inclinée qui s’est peu à peu érodée au fil des millénaires pour donner un paysage sauvage, un peu lunaire, un bon mix entre les déserts de l’Utah et les demoiselles coiffées du lac de Serre-Ponçon, près de Gap. On trouve des pitons rocheux de 30 mètres de haut, des tufs érodés qui ressemblent à des flammèches, des cheminées de fée, des gorges, des canyons… Toute la vallée est écorchée vive et la roche volcanique est mise à nu, découvrant des teintes blanches, jaunes, roses ou rouges. On peut passer des heures à jouer aux explorateurs dans ce formidable dédale géologique. C’est ce qu’on a fait.

Vers 5 heures du matin, on est réveillé par les brûleurs et les souffleurs de dizaines de montgolfières qui s’élèvent doucement au-dessus des vallées dès le lever du soleil. Le spectacle doit être saisissant vu du ciel, il donne une vision un peu irréelle vu du sol. Ce matin, nous étions plus d’une centaine sur un promontoire au-dessus du village, à 6 heures du matin, à regarder ces ballons prendre le large.

Les photos :

_DSF1971Au petit matin, des centaines de Mongolfières prennent le ciel.

Mariage aux cheminées de fée

Cheminées de fée

Balade à pied avec Romain dans les vallées près de Göreme:Balade dans le dédale des vallées autour de Göreme

Balade dans le dédale des vallées autour de Göreme

Balade dans le dédale des vallées autour de Göreme

Balade dans le dédale des vallées autour de Göreme

Balade dans le dédale des vallées autour de Göreme

Balade dans le dédale des vallées autour de GöremeL’entrée d’une église troglodytique

Balade dans le dédale des vallées autour de Göreme Balade dans le dédale des vallées autour de Göreme

Et celle-ci, pour la route : « seul le pénitent le passe ». Only the penitent man.

Rectificatif ! Mon frère Simon me souffle que c’est le Pas de Dieu, the Leap of Faith ! Il a raison.

Balade dans le dédale des vallées autour de Göreme