C’est par une montée à plus de 10% que la route quitte Ürgüp, passant de 1200 à 1600 mètres en moins de 4 kilomètres. Ensuite, c’est une belle descente vers Incesu et son superbe Caravansérail, datant du 13è siècle, où je prends mon déjeuner à l’ombre des arbres. Après plus d’une semaine de route commune avec George, j’ai choisi de faire la route seul. C’est parfois difficile de voyager à deux lorsqu’on ne se connaît pas bien, on ne devine pas les envies de l’autre, il y a des non-dits et des malentendus, je préfère tailler la route de mon côté pendant un moment.

Depuis quelques jours, l’axe de la roue avant fait des bruits bizarres, certainement le roulement interne qui défaille, je dois réparer et donc trouver un magasin de vélo à Kayseri, au pied du volcan Erciyes Dag, qui culmine à 3917 mètres au sud de la ville. Pendant des heures, j’arpente les magasins de vélo, sans trouver un mécano capable de mettre le nez dans l’axe de la dynamo. La solution : faire jouer la garantie et me faire envoyer une nouvelle roue à Erzurum ou plus loin sur la route.

À 15h30, je suis donc au centre-ville, au pied du volcan, à 1000 mètres d’altitude. Le sommet, là-haut, est couvert de neige. Les contreforts de pierre de l’arête sommitale ressemblent à une énorme flamme figée. Je décide de monter en direction du col à 2225 mètres, en fait un épaulement sur les flancs du volcan où se trouve la petite station de ski d’Erciyes. Dans un grand virage, vers 19 heures, une heure avant la nuit noire étoilée, je pose la tente à plus de 1700 mètres. Les 500 derniers mètres sont avalés au matin, et je suis accueilli par les mécanos dans la salle des machines d’une remontée mécanique pour un copieux petit déjeuner, mon deuxième de la matinée.

Les jours suivants, j’emprunte des routes secondaires complètement perdues, traverse des villages reculés, remonte ou descend le cours de petites rivières, rencontre les habitants. Le temps passe lentement, j’ai l’impression d’être en dehors du monde. Et en même temps complètement dedans, en phase. Je suis d’une bonne humeur stable et ça se voit à travers les gens que je rencontre. Tout se passe bien. Je ne m’énerve même plus pour des soucis mécaniques. Mais que m’arrive-t-il ?

Les photos :

Volcan Erciyes DagiVolcan Erciyes Dagi

Sur les pentes du volcan Erciyes DagiSur les pentes du volcan Erciyes Dagi

Avec les mécanos des télésièges, Erciyes DAgiAvec les mécanos des rempntées mécaniques.

Les enfants d'un village de montagneEnfants d’un village de montagne.

Avec les anciens, ElbistanAvec les anciens, à Elbistan

Au nord d'Elbistan, les plateaux d'AnatolieRoute d’Anatolie, entre Elbistan et Darende.

Canyon de DarendeCanyon de Darende

Canyon de DarendeOn pourrait faire une pochette d’album !