J’ai quitté Osh avec mes amis de Chambéry, que je revois pour la première fois depuis Samarkand, il y a un mois déjà. Il faisait chaud, là-bas, et la route était plate. On ne peut pas en dire autant de la piste qu’on a suivi, de Osh jusqu’au lac Song Kôl, au cœur des Tian Shan, les Montagnes Célestes du Kirghizstan. Au début, ça va, c’est une belle route asphaltée qui nous emporte sur les 100 premiers kilomètres, jusqu’à Jalal Abad. Une journée de vélo, qu’on termine en se jetant dans un canal, sous l’œil d’un troupeau de moutons gros comme des ânes. Puis la route se transforme en piste et se met à grimper sans discontinuer, passant de 800 à plus de 3000 mètres. Pendant quelques jours, on roule dans des paysages qui n’arrivent pas à se décider entre les Alpes et l’ouest américain : on trouve aussi bien des montagnes érodées aux strates rouges et ocres que des alpages verdoyants, des petites rivières bleutées et des grands cours d’eau lents et sinueux, des canyons étroits où se faufile la piste, des plateaux à la végétation désertique et des pentes peuplées de forêts de sapins, des alpages et puis, tout en haut, sur un vaste plateau circulaire auquel on accède par une magnifique piste qui escalade 1200 mètres en épingle à cheveux, le lac Song Kôl. Un lac perché à 3000 mètres, avec des montagnes tout autour qui semblent le préserver du monde extérieur. On dirait un cratère gigantesque. On dirait aussi un monde perdu. Pas un arbre, seulement de l’herbe rase et de rares névés sur les hauteurs. De toute façon, quand le seul magasin à des kilomètres est une yourte de 10 mètres carrés, on se dit qu’on est un peu loin de tout…

Mais tout autour du lac, sur la grande plaine qui monte en pente douce vers les sommets, il paraît que 400 familles passent l’été, à élever des chevaux, des moutons et des chèvres. On voit quelques yourtes de loin en loin, mais l’endroit est tellement immense que l’on ne distingue pas bien la rive opposée du lac. Surtout qu’on assiste à un déchainement des éléments côté nord, éclairs et foudres zèbrent le ciel anthracite. Un soir, on est invité dans une yourte pour le thé, gâteaux secs et lait de jument fermenté, au goût un peu acide mais assez bon et frais. La famille élève 50 chevaux, un grand troupeau de moutons et de chèvres. On quitte la région en descendant une longue vallée encaissée, où l’on tombe sur une mise à mort de trois énormes yacks. J’ai un peu l’impression de visionner un Tarantino : pulsé par le cœur qui s’éteint lentement, le sang gicle en deux longs jets sur l’herbe verte. Comme pour les moutons en Iran, les gestes des hommes sont précis et la bête ne semble pas souffrir. En quelques secondes, le yack passe d’une magnifique bête aux poils noirs à un morceau de viande gigantesque.

Pendant deux jours, on suit la rive sud du lac Yssyk Kul, le « lac chaud », appelé comme ça puisqu’il ne gèle jamais. C’est mon premier bain, mon premier vrai lavage intégral depuis une semaine, les moustiques en profitent, les salauds, pour attaquer dès la sortie de l’eau. Mais la baignade vaut le coup, on est entourés de montagnes enneigées au sud et on aperçoit les sommets sur la rive nord, à quelques dizaines de kilomètres de distance. Il faut dire que le lac est énorme : 6236 km2.

Le lac Yssyk Kôl

C’est grand, 6236 km2 ! C’est 11 fois le lac Léman (581 km2), 140 fois le lac du Bourget (44,5 km2), 222 fois le lac d’Annecy (28 km2). Bon. C’est aussi 27 000 fois plus petit que l’océan Pacifique (166 000 000 km2) alors on se calme tout de suite et on relativise.

Arrivés à Karakol, on prend un jour de repos avant de repartir vers le Kazakhstan. L’occasion de faire tourner une machine à laver le linge très sale, de visiter le marché aux bestiaux, de se faire un resto qui change des non-moins délicieux plats qu’on se concocte tous les soirs… Ensuite, je dois me rendre à Almaty pour faire deux visas, le mongol et le russe, acheter deux chaînes pour mon vélo, un outil multifonction qu’on m’a fauché. Puis c’est la traversée de la Chine et de la Mongolie ! Rapido, avant les frimas de l’automne !

Les -nombreuses – photos :

Montée au lac Song-Kôl :

Montée au col de Moldo Ashuu

Col de Moldo Ashuu

Bivouac

Lac Song Kôl :

Région du lac Song-Kôl

Région du lac Song-Kôl

Région du lac Song-Kôl

Magasin général du Lac Song-Kôl :

Magasin général

Magasin général

Région du lac Song-Kôl

Changement de monture au lac Song-Kôl :

IMG_2691

IMG_2707

IMG_2750

IMG_2747

Mise à mort d’un Yak, AVANT / APRÈS :

Avant la mise à mort

Après la mise à mort

Bivouac sur le lac Yssyk Kôl :

Bivouac sur le lac Yssysk Kul

Lac Yssyk Kôl

La vie courante :

Petite réparationPetite réparation

IMG_2598Les pâtisseries locales

DSC03227Quand il faut pomper de l’eau, l’un pompe, l’autre tient le tuyau. J’opte pour le deuxième poste…

Avec les amis françaisRencontre avec des français de Grenoble…

De retour de baignade au lac Yssyk Kôl !

Lac Yssyk Kôl