Voyager dans la province du Xinjiang, c’est comme prendre place à bord des montagnes russes. On frôle des sommets de plénitude avant d’être embarqué par la police la minute d’après, on passe des cols à plus de 3000 mètres sous la grêle glaciale pour se retrouver le lendemain en plein désert brûlant. Je ne sais plus du tout à quoi m’attendre quand je me lève le matin. D’ailleurs les hébergements sont si variés qu’il faut un moment pour se souvenir où l’on se trouve. Une yourte en montagne ? Une chambre au 21ème étage d’un hôtel cinq étoiles ? Une tente illégalement plantée dans le désert ?

Avec les trois suisses, Nicolas, Manu et Sebastian, nous sommes passés par les montagnes avant d’être interdits de passage pour le col final en direction d’Urumqi, plein nord. La police était sympa mais catégorique : « Interdit aux étrangers »… On a donc été rapatriés vers le sud, dans la grande ville de Korla. C’est là que j’ai passé ma nuit dans un hôtel 5 étoiles. Ça a dû être marrant de nous voir nous jeter sur le petit déjeuner à volonté, le lendemain matin… Peut-être qu’ils ont fait faillite, depuis.

Entretemps, on avait eu le temps de vivre en altitude pendant quelques jours, de parcourir des vallées remplies de sapins rectilignes comme sur des estampes japonaises, d’essuyer quelques orages et de goûter aux fraîches nuits sous tente ou sous le feutre des yourtes.

Korla est construite en bordure d’un immense désert dont le nom claque comme les drapeaux de prière dans le vent des cols chinois : le désert du Taklamakan, surnommé la « Mer de la Mort ». Tellement grand qu’on le voit de l’espace. Le genre d’endroit où tu n’as pas envie d’oublier ta bouteille d’eau…

J’ai donc tourné le dos à cette zone mortelle et suis parti vers le nord-est, en direction de Turpan et d’Urumqi. Un détour de 400 kilomètres qui contourne l’extrémité orientale des montagnes du Tian Shan, que je parcoure depuis trois semaines maintenant. Là se trouve le grand lac Bositeng, surnommé la « Mer de l’Ouest » par les Chinois. C’est déjà mieux que la « Mer de la Mort ». Le Bositeng est le plus grand lac d’eau douce de Chine et classé en parc national depuis 2004. La route du sud, très solitaire, désertique et panoramique, est coincée entre de hautes dunes de sables et l’écosystème luxuriant du lac : aigrettes, hérons, mouettes, cormorans, chevaux comme en Camargue, mer de lotus et de roseaux. Une journée de plus de 150 bornes, pas le choix, il n’y a nulle part où cacher une tente. D’ailleurs les flics m’ont trouvé en fin de journée, je suis dans un hôtel d’une petite ville… Les montagnes russes, ce n’est pas près d’être fini mais c’est tellement grisant !

Les photos : (toutes les photos de Chine ICI)

Traversée des Tian Shan :

Dans les Tian Shan

Plateau d'altitude dans les Tian Shan

Plateau d'altitude dans les Tian Shan

Dans les Tian Shan

Drapeaux de prières

Korla :

21ème étage à KorlaAu 21ème étage

Hôtel 5 étoiles de KorlaCatalogue des 3 Suisses

Hôtel 5 étoiles de KorlaC’est pas la classe ?

Korla

Au lac Bositeng : Centre d'interprétation du lac BositengCentre d’interprétation

Lac Bositeng

Sur les bords du lac Bositeng

Désert

En plein désert

Salar

Homme OuïghourAu restaurant, avant l’arrivée des flics