23-24 mars. Deux jours en Macédoine

Il est arrivé trempé, transi et la faim au ventre. J’en étais à mon deuxième raki. Il était 10 heures du matin. George a repéré mon vélo, posé contre la maison de bois qui sert de refuge aux travailleurs routiers. Au sommet du petit col, 500 mètres au-dessus d’Ohrid, la route de Bitola reflétait l'uniformité [...]