­
23 03, 2016

18 mars. Rouler à deux vers Kotor

À peine passées les épaisses murailles de la ville fortifiée de Dubrovnik, un gars m’interpelle « Tu cherches l’auberge ? C’est par là-bas, ça coûte 18€ la nuit et ça a l’air plutôt pas mal ». Le gars s’appelle George. "What else ?" Cyclo comme moi, bernois, il descend la côte Adriatique en direction d’Istanbul. Il a aussi connu [...]

18 03, 2016

8 mars. L’anniversaire en Slovénie

Le 8 mars, en plus d’être la journée internationale du droit des femmes, est le jour de mon anniversaire. Je la passe entre l’Italie et la Slovénie. Le matin, Francesco m’accompagne pendant les 25 premiers kilomètres, d’abord sous le soleil puis sous une pluie battante. On se réfugie, après avoir passé la frontière sans s’en [...]

16 03, 2016

6 mars. Ruggero

À mi-chemin entre Venise et Trieste, La Salute de Livenza est un point de passage obligé pour de nombreux cyclobaroudeurs. La ville ressemble à une boomtown du far-west américain : une rue rectiligne flanquée de commerces et d’habitations. C’est ici que vit Ruggero. Un personnage atypique. Il vit seul dans une moitié de maison, qu’il [...]

8 03, 2016

4 mars. Escale à Venise

Impossible de passer à côté de Venise sans s’y arrêter. Puisque les vélos y sont interdits et que le prix de la nuitée est cinq fois supérieur à celui de la terre ferme, je me prends un petit hôtel backpackers à 19€ la nuit à Mestre, de l’autre côté de la Via della Libertà menant [...]

27 02, 2016

26 février. Fulvio ou la rencontre improbable

Sur le réseau Warmshowers, le site communautaire d’hospitalité pour cyclorandonneurs, j’ai trouvé l’adresse de Fulvio. Il habite Verduno, un tout petit village perché au-dessus des vignes escarpées du village d’Alba, à une centaine de kilomètres de Aisone. J’avais remarqué qu’on avait une amie commune sur Facebook : Astà Magnusdottir, islandaise, gardienne de refuge comme Sara, chez [...]

26 02, 2016

25 février. Sara, première hôte en Italie

Sara est gardienne de refuge. Elle habite un petit appartement au-dessus de la route principale du petit village d’Aisone, dans la vallée italienne de la Stura, un des nombreux affluents du Pô. Son refuge, le Paraloup, qu’elle tient avec deux autres amies depuis 3 ans, se situe à 20 kilomètres en aval, en balcon au-dessus [...]

Translate »